Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Cheikh Ezzahi intérprète El Meknassia

Publié par The Algerian Speaker sur 12 Novembre 2013, 13:00pm

Catégories : #Souvenirs (liyâam)

Voici la qasida intitulée Eddar de Sidi Abdelkader EL ALAMI (Kaddour) 1742- 1850 connue en Algérie sous le nom "El Meknassia". Cette qasida a été écrite parce que sidi Abdelkader El Alami a perdu sa maison et que son élève Alaoui El Harouni la lui a rendu après la mort de sidi Kaddour El Alami. Il est enterré dans sa maison rendue. Le tombeau de Sidi Kaddour El-Alami ,dans un quartier paisible de Meknès,jouit d'une grande vénération.Sidi Kaddour El-Alami se distingue par la chasteté de ses penchants. Sa Eva idéale ne reflète que la grandeur et la perfection divine. Pour lui la chair est un "fiel destructeur" du "merveilleux miel " que donne l'amour pur , l'amour qui satisfait la sensibilité morale et esthétique. La "sensualité flétrit toute fleur " note-t-il,elle ne laisse que le douloureux souvenir des sensations amères.Cette conception pure, céléste a valu a Sidi Kaddour El-Alami l'auréole de la sainteté.Dans le domaine de l'amitié,le poète a énormément souffert de l'ingratitude des Meknassis. Le poème "El Meknassia", œuvre emblématique de Sidi Kaddour El Alami, chanson phare du répertoire chaabi, cette qacida appelée au Maroc, "dar Sidi kaddour",restera un chef d'œuvre impérissable du Melhoun .Son sujet est la perte de son domicile.La première version incrimine un ami du poète, musulman d'origine juive, qui procéda a la vente de sa maison à l'insu de son naïf propriétaire qui lui avait même, dit-on, établi une procuration!La seconde version raconte que notre poète, qui était excessivement généreux et dépensier ,se trouva un jour a court d'argent et dut se résoudre a vendre sa maison.La troisième version, celle qui parait la plus plausible, explique que " les notables de la ville l'avaient convaincu de faire don de sa maison pour permettre l'élargissement de la mosquée mitoyenne. Lorsqu'il la leur donna , ils renoncèrent à l'annexer à la mosquée mais la gardèrent. Al Alami fut alors pris des plus grands regrets et composa sa fameuse qsida ou il décrit son nouvel état d'errance".Fort heureusement, notre poète finit par récupérer la maison familiale (et la aussi, on ne sait si elle fut rachetée pour lui par le roi ou par un de ses disciples) ou se trouvent actuellement son tombeau et celui de sa sœur dans ce vieux quartier de Meknés appelé "Koubette Essouk", plus précisément dans ce fameux "Derb Sidi Boutib".
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents